03 novembre 2006

Week end à Nikko

Enfin un post qui ressemble un peu à un récit de voyage...


Le week end dernier, je suis sorti de la métropole pour la première fois - il était temps... Sortie en petit commité : Sabine l'autrichienne, Daan le néerlandais, Jani le finlandais et Michael le francais (et moi, accessoirement). Destination : Nikko. Une petite ville très touristique dans la montagne, à deux heures de train de Tokyo. C'est tout près d'un Parc National, réputé pour ses Onsens (sources chaudes) et éventuellement pour les sports d'hiver. La ville est aussi connue pour son gigantesque complexe de temples bouddhistes anciens. Mais à cette période de l'année, l'attraction principale, c'est le "Koyo": avec l'automne, les feuillages se colorent en jaune, orange ou rouge, tandis que d'autres restent au vert, et ça donne de jolis paysages. Ca a l'air un peu banal comme ça, mais c'est un des gros évènements de l'année pour les japonais, ils semblerait; ils attachent beaucoup d'importance aux saisons. Il n'y a qu'à voir tout le tintsoin qu'ils font pour la fleuraison des cerisiers...(à ce sujet, plus de détail l'année prochaine !)

Départ à l'aube le samedi matin. Tellement tôt que j'avais décidé de rester la nuit sur Tokyo pour éviter de m'ajouter 1h30 de voyage, et donc de me lever à 5 heures... Evidemment, rester bien sagement dans un hotel n'était pas au programme, sûrement pas un vendredi soir ! Et une chose en entraînant l'autre, voilà que je me retrouve en boîte, bien éméché, avec Jeff Mills aux platines. Résultat : une alcoolémie croissante et plusieurs heures de danse endiablée dans une atmosphère irrespirable... Incroyable d'ailleurs comme les japonais, si pointilleux sur l'hygiène et les odeurs corporelles en particulier, s'en balancent complètement quand ils vont en boîte (en tout cas à celle là).
Donc voilà, je me retrouve vaille que vaille au point de rendez-vous quelques heures plus tard (je passe sous silence mes activités dans l'intervalle, faut pas déconner, la famille lit !!), pas frais, mais alors pas du tout. Je l'aurai un peu cherché, me direz-vous, et je ne vous contredirais pas ... Deux heures de roupille dans le train (qui ressemble étrangement aux métros, soit dit en passant) n'ont pas vraiment réussi à me requinquer. Une fois sur place, alors que les autres se préparent à partir aussi sec en rando/ballade pour l'après midi, je décide de me contenter de visiter les temples pour aujourd'hui, et on verra demain pour la rando... Pas fous non plus... Quelques extraits :

"le-pont-sacré-dont-je-n'ai-pas-retenu-le-nom"

détail d'un temple. J'adore ces colonnes... Il y en a partout dans les temples.

Un temple bien japonais comme il faut...

Porte de la cour intérieure du temple principal, monument assez célèbre.

L'entrée d'un petit temple, à l'écart, vaguement à l'abandon. Je l'ai préféré aux gros machins, au final.

Vue sur les jardins (spéciale dédicace à François !), avec bien sûr...

...les incournables carpes !

Au final, je n'ai pas (du tout) regretté mon choix ; surtout que le bus qui a emmené les collègues sur la montagne s'est retrouvé pris dans des embouteillages monstres, à l'aller comme au retour (quand je vous disais que le Koyo est un évènement populaire...), ce qui fait qu'ils ont passé 4 heures dans le bus au lieu de 2 ! Pendant ce temps, je faisais bouillir mes doigts de pieds (en éventail, bien sûr) dans l'Ofuro (bain japonais) de l'hotel, pépère...
Après une soirée inintéressante (Nikko, ville morte !), à l'exception d'une émission très instructive sur le language des signes qui nous à bien fait marrer ("il pleut à Tokyo", c'est une phrase très hip hop...comprenne qui pourra), le lendemain est consacré à la ballade. Parce qu'on est un peu flemmards, on a snobbé les randonnées les plus prisées, très probablement blindées de monde, pour se faire le tour du lac Chuzenji. 5 heures de marche, quand même... Là encore, quelques extraits :
Bon, c'est une peu une propriété privée... On a eu du mal à trouver le début du chemin.. :p

C'est vrai que ça a de la gueule quand même, non ?


L'album photo complet est disponible sur mon compte Flickr, jetez-y un oeil :

1 commentaire:

rita a dit…

Hi Thomas! Loved your pic's. The text.. i don't understand french so...
take care