05 avril 2007

家族サービス - Family Service

Musique :
DJ Kentaro
DJ Food

parce que le rap ricain, ca va bien un moment
Jeu :
Puzzle Quest (PSP)
Terriblement addictif...

----------------------------------


A la demande de Jules, un petit topo sur "la place de l'individu dans la famille japonaise"
Sujet pas facile s'il en est... Je vous préviens, ca va peut-être être intéressant mais sûrement pas rigolo.


1- La cellule familiale
Pour commencer, disons que la cellule familiale est l' "unité de base" de la société japonaise, et donc très importante en tant que telle. Mais on peut dire la même chose de la plupart des cultures occidentales... A ceci près que la notion de uchi/soto (内/外, intérieur-extérieur, sous-entendu d'un groupe) dont j'avais un peu parlé à propos de gaijinitude (), est fondamentale dans l'esprit japonais. Cette importance du groupe par opposition à l'individualisme de mise par chez nous s'explique principalement par des raisons religieuses, paraît-il (relation de l'individu à Dieu dans le judéo-christianisme VS harmonie avec le vivant et réincarnation dans le bouddhisme). C'est particulièrement sensible dans la cellule familiale, que l'on pourrait décrire comme fermée: les affaires familiales sont gérées strictement par les membres de la famille, et tout le monde fait front pour montrer un joli sourire en société, même si la situation est affreuse. Il est culturellement tabou d'évoquer des problèmes familiaux, graves ou non (y compris suicide, divorce, etc).
Par conséquent, les liens entre membre de la famille sont forts, et particulièrement entre parents et enfants ; si à l'ouest la relation basique la plus forte est a priori père-mère, alors que les relations intergénérationnelles sont sensées garder une certaine distance, c'est plutôt l'inverse qui se passe ici. Les mères ont des liens extrêmement reserrés avec leurs enfants (pour ce qui est du père, j'y reviendrai), tandis que les relations mari-femme sont souvent... ténues, on va dire. Lorsque les parents se font vieux, il est courant qu'ils emménagent avec leurs enfants, en général l'ainé, qui a pour devoir de s'occuper d'eux. Enfin, du moins dans la mesure où les enfants ont effectivement quitté le domicile familial un jour, ce qui n'est pas forcément évident même à 30 voire 40 ans ! (sic. Les japonais, des power-Tanguys ?)


2- Le rôle du père (ou l'absence de...)
Ca n'a pas toujours été le cas historiquement, mais le japon est une société traditionnellement patriarcale. Le père est le chef de famille et doit prendre les décisions importantes, se faire respecter, etc. Rien de bien différent de ce à quoi on est habitués, jusque là. Sauf que dans le schéma classique, le père travaille pour nourrir à lui seul la famille (le taux de femmes aux foyers est très élevé), fait des horaires de fous et se tape en moyenne 3 heures de transports par jour. Il faut savoir que dans la génération des 50aires actuels et la précédente, la réussite sociale d'un homme se mesure à sa quantité de travail... Non seulement ils rentrent chez eux très tard le soir pour repartir à l'aube, mais il n'est pas rare qu'ils bossent les week-ends aussi. Du coup, monsieur est le plus souvent abonné absent au domicile familial. Pendant ce temps, madame gère traditionnellement tout ce qui se passe à la maison, de l'education des enfants aux relations sociales en passant par le budget familial. Du coup, le père doit jouer les chefs et prendre des décisions sur des sujets dont il ne sait rien puisqu'il sont dans les faits gérés par la mère. Une drôle de figure patriarcale...
Il est dit que le sentiment d'aliénation chez ces pères de famille est assez courant, et on comprend pourquoi.


3- Les dérives
-D'abord, il y a ce truc affligeant qu'ils appellent le Family Service (家族サービス), qui est grosso modo une initiative visant à "forcer" les pères de famille à passer deux dimanches par mois (oui ! 2 malheureux jours par mois !) en compagnie de leur famille. J'ai du mal à trouver des infos sur ce truc, mais il me semble que c'est une initiative gouvernementale, relayée par les entreprises. Il semblerait que ca soit vécu par ces messieurs plus comme une corvée qu'autre chose. On peut voir régulièrement des spots à la télé, à l'adresse du salaryman, disant en substance "ca serait peut-être pas mal de savoir qui sont vos enfants"...

-Ensuite, il y a les problèmes des enfants, qui se répercutent souvent fortement sur la famille. Le système éducatif japonais est extrêmement compétitif même très tôt dans la scolarité. Pour donner une idée, l'équivalent japonais du brevet des collèges a un classement national, qui détermine dans quel lycée (plus ou moins bon) on peut aller, ce qui va déterminer ensuite dans quelle université on entrera, et donc quel boulot on pourra espérer... Résultat, les gosses se retrouvent dès 12 ans à subir une pression monstrueuse à l'école mais surtout à la maison, par des parents qui veulent à tout prix les voir réussir. Un pression forte, continue, omniprésente, dès 12 ans et jusqu'à l'entrée à l'université : ca peut faire des dégâts monstrueux. Ce n'est pas les exemples qui manquent, hélas. Il y a les adolescents qui se mettent à refuser d'aller à l'école, deviennent sociopathes et violents, et se mettent à frapper leurs parents (!). Il y a aussi ceux qui échouent leurs examens d'entrée à l'université ou autre, et deviennent des hikikomori (intraductible...). C'est à dire que, ne supportant plus la pression qui pèse sur eux, ils s'isolent complètement de la société, en ne sortant plus jamais de chez eux, ni pour travailler, ni même pour faire des courses, ne voyant personne. Leurs familles, honteuses, surviennent généralement leurs besoins. On dit qu'il y a plusieurs centaines de milliers de hikikomori au japon, un pourcentage très important de la population de'adolescents mâles... Aucun chiffre officiel réaliste n'existe, c'est un sujet tabou, tout comme le suicide des jeunes ou la tristement fameuse mort subite par excès de travail (sic).

Désolé de finir sur des choses aussi réjouissantes...

Si le sujet vous intéresse, je vous conseille ces quelques liens dont je me suis largement inspiré pour cet article (en anglais) :
Une étude sérieuse
Japanese Family @ Wikipedia
Hikikomori @ Wikipedia

Et pour finir sur une note un peu plus légère, je conseille fortement aux amateurs d'anime de regarder (ou de lire) NHK ni Yôkoso, un excellent anime (et manga) à la fois drôle et instructif qui raconte la vie d'un hikikomori.


1 commentaire:

Jules a dit…

Yeah, merci pour cet article assez complet et les liens qui l'accompagnent !

Maintenant, je suis comme tout les lecteurs de ce blog, j'attend l'article qui nous parlera de BOUFFE !

P.S. Ce soir à la TV y avait "le dernier samouraï", avec tom cruise : pour me coucher moins bête au sujet du Japon, j'ai regardé la match à la place. et j'ai lu ton blog. :-)